jeudi 22 novembre 2018

Le Clairophone

Déjà, dans les temps les plus reculés de notre histoire, l’homme préhistorique, en portant sa main en forme de coupe à son oreille, avait découvert de manière intuitive comment améliorer la perception des sons les plus faibles.

Le premier « outil » utilisé par l’homme pour amplifier les sons fût sans doute un gros coquillage. La coquille de mer (buccin) était déjà utilisée par les Grecs plusieurs siècles avant JC. Au moyen âge, on utilisa les cornes d’animaux tant pour amplifier la voix que comme cornets d’écoute pour les sourds.

Mais la première prothèse auditive fabriquée par l’homme a été le cornet acoustique au début du 19e siècle. On attribue cette invention  l’anglais Frederic Charles Reim aux environs de l’an 1800. Vînt ensuite la fabrication du tube acoustique en 1805. Différents types de cornets acoustiques dont certains très sophistiqués ont été fabriqués jusqu’au début du 20e siècle. Le célèbre fabricant anglais F.C. Rein proposait pas moins de 18 cornets acoustiques différents lors de la première exposition universelle de 1855.
Profitant des avancées technologiques en matière d’amplification du son mais aussi de l’horlogerie le Professeur Bethillon développa, quelques années plus tard, le Clairophone. Grace à son capteur conique et à son appendice extérieur spiralé, imitation du limaçon de l’oreille, il était le garant d’une performance accrue. Il transmettait à l’oreille un son amplifié, cristallin et clair d’où son nom. Ce fut une révolution pour les malentendants dont l’oreille retrouvait ses fonctions originelles. Le modèle présenté est un modèle dit « droitier » qui se fixe sur la branche de lunette du côté droit.
Cette prothèse fut aussi utilisé de manière discrète par des personnes sans déficience auditives mais souhaitant écouter une conversation lointaine.
L’arrivée des prothèses auditives au début du XX° siècle - notamment la prothèse auditive au carbone de Hutchinson de 1899 - sonnera le glas du Clairophone. Son inventeur finira sa vie ruiné.

mercredi 14 novembre 2018

Herofestival – Tome V

Le 10 et 11 novembre 2018 la ville de Marseille tournait les pages du cinquième tome du Herofestival. A peine revenus du Salon fantastique qui se tenait le week-end précédent à Paris et ayant juste eu le temps de dépoussiérer nos hauts de forme et nos guêtres, nous souhaitions, par notre présence, apposer notre paraphe sur ce nouveau tome.

Cette année le village Steampunk se trouvait immédiatement à l’entrée. Mais était-ce une vision de nos esprits fatigués par les longues heures de calèches pour relier Paris à la capitale phocéenne, il nous sembla que la taille du village était de moindre taille que l’an passé.
L'atelier des flammes noires
Mais qu’à cela ne tienne, nous fîmes abstraction de ce ressenti et parcourûmes avec un réel plaisir ce petit village ou chacun se connait, s’apprécie et se respecte. Nous fumes heureux d’y retrouver de vieilles connaissance comme le professeur Phileas Polypus et son assistante sur leur stand des produits [d] Rivets. Nous pûmes y admirer une nouvelle fois  le cabinet de curiosités avec ses inquiétants bocaux, ses mini krakens…
Les produits [D] Rivets
Le temps de faire un petit coucou au stand Retro Univers où cette année de sympathiques pieuvres s’y étaient spécialement invité pour l’occasion puis de s’arrêter un instant sur le stand de l’atelier des flammes noires que nous fûmes happés par les acteurs de la websérie Lundaï qui tenaient boutique juste à côté associés à nos amis de La Nef des Premiers Ohms.
Retro futur
Invitée spéciale !
Privilège suprême et comble du bonheur, nous fumes invités par l’équipe Lundaï à intégrer leur troupe pour leur parade à travers le salon afin de faire connaître la série. Ce fut un grand moment de plaisir et de partage. Qu’ils en soient ici remerciés.
Websérie Lundaï
Le temps passe vite lorsque l’on est en aussi bonne compagnie… Nos chevaux n’aimant pas trotter de nuit, nous dûmes reprendre notre fiacre en fin d’après-midi pour rejoindre la rédaction du Gramophone Beuglant et vous faire partager ces instants.
Vaporiste bien entouré !
Duo de choc !

lundi 12 novembre 2018

L'agenda


100% Steampunk !
2 décembre 2018 : Uchronicité 2018 à Frameries (Belgique)
Dans un cadre magnifique, retrouvez des artisans, des artistes, des exposants, des auteurs et des illustrateurs dont l'univers STEAMPUNK et victorien vous fera voyager une fois de plus dans le monde du retro-futurisme!

100% Steampunk !
15 décembre 2018 : Normandy Steam Factory à Saint Pierre sur Dives (Calvados)
Normandy Steam Factory c’est le premier événement 100% steam de Normandie. Marché artisanal, duel de thé, animation musicale, murder party et autres animations.

Steampunk… mais pas que !
16 et 17 février 2019 : Festival Yggdrasil Indoor Lyon (Rhône)
Yggdrasil Indoor est une invitation au voyage à travers le temps et l’espace à la découverte de 4 univers, dont les décors vous transporteront complètement : médiéval, fantastique, steampunk et Intermonde.
https://www.yggdrasil-lyon.fr/

Steampunk… mais pas que !
21 et 22 septembre 2019 : Cidre et Dragon à Merville-Franceville (Calvados)
Festival scénarisé qui a pour but de faire découvrir les univers de la Fantasy et les mondes de l'imaginaire au grand public.

Steampunk… mais pas que !
31 octobre, 1er et 2 novembre 2019 : Salon fantastique à Paris
Depuis octobre 2012, le Salon Fantastique met à l’honneur les cultures de l’Imaginaire.
Auteurs, artisans, costumiers, rôlistes, éditeurs, musiciens ou encore illustrateurs se retrouvent le temps d’un week-end pour vous faire vivre une expérience fantastique dans le cadre du salon.

lundi 5 novembre 2018

Le Salon Fantastique 2018

Le temps d’un week-end, toute la rédaction du Gramophone Beuglant s’est déplacée à Paris pour participer à la septième édition du Salon Fantastique. Après avoir amarré son dirigeable non loin de l’espace Champerret, l’équipe de nos valeureux reporters a pu participer aux multiples activités et rencontrer les très nombreux artisans, auteurs, joueurs et participants costumés présents. Ce n’est pas moins de 200 artisans et 200 auteurs en dédicaces qui s’étaient donné rendez-vous en ce lieu.
Les dragons constituaient le thème de cette septième édition décliné dans les univers de la fantasy, de la science fiction, du fantastique sans oublier le steampunk !  Ce salon qui met à l’honneur la littérature, les jeux, l’art, la bande-dessinée, la mode, la reconstitution historique, les jeux de rôle grandeur nature, les films, les séries et la fête permet de rendre honneur aux univers de l'imaginaie en tant qu'objets culturels et offre à chacun des participants un voyage aux limites de l’imagination.
Pour prolonger ce voyage, voici quelques clichés de vaporistes croisés sur ce salon…