jeudi 13 juin 2024

Les nuées ardentes

Au pied du Puy de Dôme, dans un décor monumental inspiré de l'univers de Jules Verne, le Festival des Nuées Ardentes vous invite à découvrir l'extraordinaire aventure de la science à la rencontre des arts et de l'imaginaire. 
Pour la sixième édition du festival Nuées Ardentes, les festivaliers pourront retrouver les traditionnels laboratoires de la "Foreuse", tenus par des alchimistes, des physiciens, des ingénieurs ou encore des volcanologues ; la "Plaine des Jeux" ; le "Cabaret" et ses nombreux spectacles, concerts et activités ; la "Canopée", parenthèse (en)chantée dans la forêt ; ainsi que le tout nouveau "Tea Time" durant lequel les visiteurs seront invités à prendre le thé, à discuter et débattre.

Une poignée d'aventuriers s'est… hum… égarée dans les mailles de l'espace-temps. Discussions surréalistes en vue !

vendredi 7 juin 2024

L'histoire derrière l'image

Cette photo datant de 1895 est devenue célèbre et a fait le tour du monde. Elle montre l’accident d’un train survenu le 22 octobre 1895 à la gare Montparnasse qui s’appelait alors la gare de l’Ouest.
Le train express parti de Granville pour rejoindre la gare de l’Ouest possède déjà 7 minutes de retard lorsqu’il arrive à Versaille-chantier. Afin de tenter de rattraper ce retard, le mécanicien et le chauffeur décident d’augmenter la vitesse du train pour arriver à l’heure à Paris. Le train arrive donc dans le hall de la gare à trop grande vitesse : 40 km/h ! La locomotive ne pourra pas s’arrêter à temps, brisant le butoir, traversant la salle d’arrivée, défonçant le virage, la balustrade en pierre pour venir terminer sa course en contrebas sur la place de Renne.

Malgré son côté très spectaculaire, cet accident ne fera qu’une seule victime : une marchande de journaux tenant un kiosque sur la rue, frappée par un bloc de pierre arraché à la façade de la gare.

L’enquête conclura à un défaillance du frein et à une erreur humaine, le conducteur du train n’ayant pas réagi suffisamment tôt à la défaillance du frein et n’a jamais tenté d’actionner le frein de secours du fourgon.

Pourquoi ce cliché est devenu célèbre alors que d’autres catastrophes ferroviaires ont eu lieu durant cette période ? Parce que cet accident est spectaculaire et s’est produit en plein Paris. Il est de plus concomitant avec l’essor de la photographie et des journaux grand public. Enfin, la locomotive va rester pendue à la façade pendant trois jours avant d’être dégagée, laissant tout le temps aux photographes et aux reporters de venir la photographier malgré un important rempart de force de l’ordre. 

vendredi 31 mai 2024

La tête de phrénologie

Tout les vaporistes et amateurs de cabinets de curiosités ont déjà vu un jour une tête de phrénologie aussi appelée crâne de phrénologie. Il faut dire que cet objet est un classique voire un incontournable des cabinets de curiosités du XIX° siècle. Mais à quoi sert cette tête ?
Cette tête est l’illustration de ce que certains pensent à l’époque être une science – mais qui disons-le immédiatement n’en est pas une – j’ai nommé la phrénologie.
 
Le XIXe siècle est le siècle de la systématique (on observe, on catalogue, on classifie), mais aussi le siècle de l’urbanisation massive et avec elle des premières inquiétudes concernant la criminalité comme phénomène social. Médecin et anatomiste, François-Joseph Gall, médecin allemand naturalisé français, est persuadé que les prédispositions mentales de chaque individu sont visibles à la surface du crâne.
D'après F-J Gall, la dominance de tel ou tel trait de caractère se traduit par une bosse à la surface du crâne tandis que l’inhibition de certains autres se traduit par un creux. On peut ainsi, selon lui, déterminer le caractère d’une personne en palpant simplement son crâne, chaque individu ayant un crâne différent des autres. L’expression « avoir la bosse des maths » ou « la bosse du commerce » est directement issue de cette pseudo-science.
Il dessine donc à la surface du crâne les 26 zones qu’il identifie comme  représentatives de certains traits de caractère parmi lesquels l’amour conjugal, le meurtre, l’espoir, l’appétit, la méchanceté, les langues, la musique, la mémoire… Ces zones sont reportées sur le “crâne phrénologique”.
Cette science sera très vite décriée et remise en question, mais Gall, en associant l’esprit et le corps, a ouvert la voie à des nombreuses sciences modernes telles que la psychiatrie, ou aux travaux de localisation de diverses fonctions à l’intérieur du cerveau. Elle inspirera aussi Alphonse Bertillon qui mettra au point l'anthropométrie judiciaire, une méthode d'identification des délinquants par la mesure de 11 points anatomiques, faisant de lui l'inventeur de la police scientifique.

jeudi 23 mai 2024

Exposition « La naissance des grands magasins »

Le musée des Arts décoratifs à Paris consacre, du 10 avril au 13 octobre 2024, une exposition consacrée à la naissance des grands magasins, qui deviennent au milieu du XIXe siècle les nouveaux temples de la modernité et de la consommation. Cette exposition révèle les transformations économiques et les mutations sociales qui traversent la société française à la fin du XIX° siècle. Du Bon Marché à la Samaritaine et du Printemps aux Galeries Lafayette, c’est aussi l’occasion de plonger dans le Paris du Bonheur des dames.
Le développement des grands magasins favorisé par les politiques industrielles et économiques volontaristes souhaitées par Napoléon III, est intimement lié aux réformes structurelles qui ont permis à la France d’entrer dans la modernité.

La naissance de la mode et sa démocratisation, l’invention des soldes, l’enfant comme nouvelle cible ou encore la vente par correspondance sont autant d’innovations commerciales introduites par les grands magasins.
En écho à cette exposition la bibliothèque du musée des arts décoratifs présente du 8 avril au 30 septembre 2024 « L’Art des vitrines, les grandes heures de l’étalage ». À l’initiative des grands magasins, la science de l’étalage se développe, alliant un savant équilibre entre architecture, décoration, esthétisme et marketing.
 
« La naissance des grands magasins. Mode, design, jouets, publicité, 1852-1925 »
Musée des arts décoratifs
Paris