jeudi 11 juillet 2024

La tasse à moustache : une invention victorienne !

On doit cette tasse pour moustachus au potier anglais Harvey Adams, qui dans les années 1860 a inventé ce merveilleux design pour maintenir la lèvre supérieure des moustachus saine et sauve et surtout sèche ! Ils pouvaient alors boire tranquillement leur thé ou café à travers l'ouverture, sans craindre que leur moustache trempe dans le liquide.
Le principe en est fort simple : cette tasse possède un rebord semi-circulaire à l'intérieur. Le rebord a une ouverture en forme de demi-lune pour permettre le passage des liquides et sert de protection pour garder les moustaches au sec.
Il faut dire que les moustaches sont très répandues chez les hommes au cours de l'ère victorienne. De 1860 à 1916, l'armée britannique exigeait même que tous ses soldats arborent une moustache pour l'autorité qu'elle conférait à l'homme qui la portait. Pour faire tenir celle-ci les hommes appliquaient de la cire à moustache.

Or, l’ingestion de liquides chauds faisaient fondre la cire… qui coulait dans le thé, la moustache finissant de se noyer dans le breuvage. Impossible pour un dandy victorien !
Ces tasses sont en général en porcelaine ou en faïence et plus rarement en argent. On les trouve plus facilement dans les pays anglo-saxons même si quelques sociétés françaises en produisirent à la fin du XIX° siècle.

Elles verront leur déclin après la seconde guerre mondiale, la mode de la moustache tendant à disparaître.

L’accessoire indispensable de tout vaporiste moustachu distingué !

jeudi 4 juillet 2024

Le myriorama : une histoire sans fin

Le mot myriorama a été inventé pour signifier une myriade d'images. Il s’agit d’un jeu pour enfants inventé au 19e siècle et consistant  à construire une multitude de paysages possibles grâce à des cartes  pouvant toutes s’assembler les unes avec les autres.  On trouve les premières références en 1830 dans la ville de Leipzig (Allemagne), qui se répandront ensuite dans toute l’Europe tout au long du XIXe siècle.
Reproduction d'un myriorama du XIX° siècle
Chaque carte est dessinée de telle manière que les traits de l’image sur les côtés coïncident avec ceux de toutes les autres cartes, de sorte qu’elles peuvent toutes être combinées aléatoirement les unes avec les autres. Quel que soit l’ordre dans lequel vous mettez les cartes, elles s’alignent toujours pour créer un paysage continu. Vous pouvez disposer les cartes pour un plaisir visuel, ou vous pouvez organiser les cartes pour raconter une histoire.
Lignes de raccord des différentes cartes
Les premiers myriorama étaient des cartes représentant des personnes, des bâtiments et d'autres images sur des arrière-plans compatibles. Elles pouvaient être mises en place dans n'importe quel ordre, permettant à un enfant de créer une variété de paysages imaginaires.
Le nombre d’images différentes pouvant être construites avec un myriorama est très vite vertigineux et est donné par le nombre n de permutations possibles pour les cartes, où n est le nombre de cartes qui composent le myriorama. Par exemple avec 14 cartes on peut composer 87 178 291 200 paysages !
Lignes de raccord des différentes cartes
On trouve aujourd’hui des reproductions de myriorama du XIX° siècles ou bien des myriorama modernes créés par des artistes contemporains.
Myriorama géant créé à l'occasion de lacélébration du bicentenaire du myriorama